Interview

À PROPOS


Bonjour Frantz, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Frantz Daribo et je vis en Ile-de-France. Je suis né dans le 77, à Meaux, et j’ai grandi en Martinique. Je suis Consultant Scrum Master et Photographe en auto-entreprise depuis 2 ans.

J’ai choisi de me spécialiser dans la photographie narrative pour retranscrire des émotions perçues à un moment “T” dans un reportage. Mes sujets favoris sont l’Homme, le couple, la famille car j’aime observer et immortaliser des instants authentiques et magiques de la vie.

Me Contacter

Quel a été ton parcours pour devenir photographe ?

J’ai un parcours assez atypique, comme la majeure partie des photographes d’ailleurs. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été très observateur de la nature humaine. Observer les réactions, comprendre les émotions, ont été mon passe-temps. Au lycée, je tenais un blog dans lequel j’y postais mes photos du quotidien et de petites citations que je créais par exemple. Puis fan de musique et de Deejaying, j’étais donc très souvent positionné de sorte à observer le DJ mais également les réactions de la foule en soirée. Durant les vacances d’une de mes tantes en 2007, je me suis amusé avec son appareil photo compact, le Canon PowerShot A720 IS. Voyant que cela me passionnait, elle me l’a laissé en partant et je n’y ai plus du tout touché jusqu’en 2010.

En vacances en Martinique, toujours en soirée, je m’amusais à photographier la foule, plusieurs personnes me voyant appareil photo à la main, me demandaient de leur tirer un portrait, j’y ai pris goût. J’ai donc commencé le reportage de soirée avec Soon Night puis en indépendant en recherchant de plus en plus de soirées à thème et en parallèle j’expérimentais le portrait. En 2014, j’ai eu l’idée de créer un blog afin de structurer ma pratique de la photo, d’y associer narration, inconnu et portrait dans un projet appelé “#2hourswith”. Le défi était de réussir à faire un portrait narratif et photographique sans retouche en passant 2h avec un inconnu et de le présenter sous forme d’interview hebdomadaire. En accompagnant un ami dans un reportage de mariage, j’ai tout de suite été séduit par cette journée qui représentait tout, le début d’une vie et la fin d’une autre, une étape importante qu’il faut sauvegarder précieusement.

Ce mélange de stress, de passion, d’émotion m’a retourné et m’a marqué. J’aime également la photo de rue “Street Photography” qui me procure ma dose d’adrénaline quotidienne. Il s’agit de figer un instant, qui peut paraître banal aux yeux de tous aujourd’hui mais qui prend de la valeur au fil des années. Je l’associe à la pratique argentique qui, selon moi, rend une image intemporelle. Le fait de développer mes propres photos me permet de maîtriser toute la chaîne de production et rend la photographie finale beaucoup plus “méritée” à mon goût.